La Chine et les marchés agricoles mondiaux

Avec Jean-Marc Chaumet, GEB-IDELE

Séance du 5 septembre 2019

Nouvelle stratégie agricole chinoise, fièvre porcine africaine et guerre commerciale avec les USA… Quels impacts sur les marchés mondiaux ?

Deux évènements récents, le conflit commercial avec les États-Unis et l’apparition de la fièvre porcine africaine ont mis à l’épreuve la nouvelle stratégie d’approvisionnement alimentaire chinoise… avec des conséquences qui commencent à poindre. Jean Marc Chaumet (Groupe Économie du Bétail de Idele) qui suit particulièrement l’agriculture chinoise était venu nous en parler à cette réunion de rentrée.

L’objectif de maîtrise de l’approvisionnement alimentaire s’est poursuivi tout au long de l’histoire chinoise. La Chine est devenue le premier producteur de blé, de riz, porcs, d’ovins, de pommes de terre, de pommes…mais également le 1erimportateur de soja, de riz, de produits laitiers, de viande bovine…

L’évolution récente de la consommation alimentaire et les contraintes environnementales ont donc rendu inéluctable l’inflexion de la politique agricole productiviste poursuivie pendant des dizaines d’années. La nouvelle orientation repose sur la préservation du potentiel de production ainsi que sur des investissements à l’étranger, afin de sécuriser les achats sur le marché international et conserver le contrôle de l’offre. Cette stratégie place la Chine au cœur de la géoéconomie agricole mondiale, tant sur le plan du commerce international que des investissements.

Si cette nouvelle politique atteint ses objectifs de maîtrise de l’approvisionnement alimentaire, par un haut niveau de production stabilisé et le contrôle des flux, elle pourrait modifier les échanges commerciaux construits jusqu’à présent, mais également transformer durablement les rapports de force au sein de l’économie agricole mondiale (contrôle d’une part croissante des aliments importés et de leur valeur ajoutée, externalisation de l’utilisation des ressources naturelles et des impacts environnementaux, rivalités croissantes pour l’utilisation des ressources alimentaires, interdépendance croissante menant à une transformation durable des rapports de force au sein de l’économie agricole internationale…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.