Perspectives pour l’alimentation et la production agricole

Avec Éric Birlouez, sociologue de l’alimentation

Séance du 4 juin 2020

Que nous disent les comportements récents des consommateurs
Et que nous enseigne la crise Covid19 ?

Cette séance a traité des changements des comportements alimentaires et des perspectives que cela ouvre. Elle était introduite par Éric Birlouez, sociologue de l’alimentation et agronome, observateur de ces comportements et tendances alimentaires.

Depuis quelques années, de nouveaux rapports à l’alimentation sont apparus chez les consommateurs et citoyens français. Ils ont laissé plus de place au « fait maison » ; au végétal ; aux produits frais, bio, locaux et de saison ; à la santé… En même temps, des styles d’alimentation diversifiés se sont affirmés (végétarien, locavore, sans gluten, etc.).

Ces changements traduisent aussi l’émergence d’une éthique alimentaire (impact positif sur la société et la planète), un besoin de rassurance, une volonté de « reprendre le contrôle », la recherche de lien avec l’aliment et ceux qui le produisent.

Toutes ces tendances sont bien visibles dans l’espace médiatique, souvent portées par des personnes des classes moyennes supérieures éduquées urbaines et « progressistes », parfois qualifiées de « bobos ». Mais constituent-elles l’amorce d’un nouveau « modèle » alimentaire qui devrait par nécessité embarquer tous les groupes sociaux, entrainant une transition alimentaire plus globale à laquelle la production devrait s’adapter ? La planète est-elle en mesure de satisfaire ces besoins pour tous ? Peut-on se nourrir partout et tous avec du « local » ? Et si, au contraire, elles ne sont pas à la portée des catégories sociales plus démunies matériellement, faut-il y voir l’amorce d’une fragmentation, d’une « archipellisation » plus forte ?

Alors que nous enseigne la crise de la Covid19 dans ce contexte ? Elle a tout à la fois affirmé le caractère vital de la nourriture, donné du temps pour cuisiner, interrogé sur une autonomie accrue des territoires et renforcé les circuits courts, montré l’extrême sensibilité de certaines familles à la hausse des dépenses alimentaires et rendu visibles des acteurs de la chaine jusqu’alors peu considérés et mal payés…

Que va-t-il rester des tendances antérieures, si la crise économique est longue et sévère ?

Pour télécharger

La présentation de Eric Birlouez, cliquer ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.